Punitions et Récompenses, des alternatives?

Chez nous, nous essayons de ne pas donner de punitions, ni de récompenses. (Les récompenses sont à mon sens un type de punition car si nous ne faisons pas ce que l’on souhaite de nous, nous sommes punis de ne pas avoir cette fameuse récompense.)
Je dis bien essayons, car c’est un mécanisme qui nous suit depuis tellement longtemps, notamment à l’école avec les bons points et les images, ou à la maison avec « Mange ta soupe, sinon …!!! » qu’il est parfois difficile de réfréner nos habitudes.

Je n’ai jamais mis mes pitipouss au coin par exemple. Je ne pense pas que ça puisse être une bonne solution pour régler vraiment la situation dans le temps.
Que vous diriez-vous par exemple si après avoir fait une bourde à votre travail, on vous dise : « Va au coin réfléchir à ce que tu viens de faire!!!! »

Sincèrement? Vous diriez-vous : « Oh j’ai été déconcentré par autre chose, comment vais-je pouvoir me rattraper et corriger mon erreur » ou plutôt « Quelle humiliation… devant tout le monde en plus, je le déteste ce type… Je suis trop nul aussi…. » etc…
Moi sans aucun doute je ferais partie de cette deuxième tranche de personne qui ne comprend pas pourquoi elle doit subir ça… qui se sent en colère et frustrée.

Et si à la place de la punition, on propose à la personne de réparer son erreur?

Dans l’exemple que je donnais, si le patron vient me voir en me disant « Écoute Marion, il y a un problème ici, tu as dû faire une erreur, peux-tu réparer ça le plus rapidement possible? », sans aucun doute ma réaction sera différente, je me mettrai à la tâche immédiatement, quitte à faire des heures supplémentaires pour que mon erreur soit réparée au plus vite.

Avec mes pitipouss, je fais la même chose (enfin j’essaye, vous l’avez compris…)
Si je prend un exemple tout bête, Micropouss renverse son verre d’eau par terre. Plutôt que de râler en criant « Puisque c’est comme ça, tu n’auras plus d’eau! File au coin que je ne te vois plus » et d’en rajouter une couche quand celle-ci me ramène un torchon lilliputien piqué dans sa mini-cuisine : « Laisse moi faire, ça va être encore pire!!! »
je vais d’abord décrire la situation (« Tu as renversé ton verre d’eau »), éventuellement rappeler une règle ou une consigne (« Il est plus prudent de laisser son verre loin du bord pour éviter qu’il ne tombe »), et ensuite proposer à l’enfant de réparer son erreur (quand c’est possible! si le verre est cassé, on ne lui demande pas de ramasser les bouts de verre, on est d’accord, mais pourquoi pas d’aller chercher la balayette) en allant prendre une serpillère et essuyer l’eau sur le sol.

L’enfant n’est pas humilié, il comprend cependant que son acte n’est pas sans conséquence et qu’il peut faire quelque chose pour y remédier. Ce qu’il fait généralement sans rechigner car il est heureux de pouvoir réparer sa bêtise. (Bon OK pas toujours ^^, mais dans ce cas je reste ferme. Je lui propose de l’aider mais je ne fais pas à sa place)

Dans un cadre plus général j’essaye donc de remplacer une punition par une conséquence logique.

Cela peut parfois être difficile si votre enfant casse un objet qui vous est cher par exemple… et qu’il n’est pas en mesure de le réparer. Dans ce cas, lorsque je décris la situation, je lui explique bien que je suis triste car c’est quelque chose qui me tenait à cœur, je peux lui expliquer pourquoi, raconter son histoire etc… Votre pitipouss verra sans aucun doute que son acte a eu des conséquences sur vous et proposera sûrement, même si c’est impossible, une idée pour le recoller/scotcher/patafixer!

Un autre exemple :
Si l’une de mes pitipouss tape sa sœur, je suivrai globalement le même schéma
1. Décrire : Tu as taper ta soeur, elle a mal et/ou elle est triste
2. Rappeler la règle :  « On prend soin les uns des autres » ou « Taper est interdit » (on reste dans des règles positives comme vues dans l’article sur la formulation positive)
3. Proposer d’en parler ensemble (souvent dans ce cas, l’une et l’autre vont dire que c’est l’autre qui a commencé… « Oui mais toi tu m’as pris mon pèchecop' »… « Oui mais je l’ai vu avant »)
4. Proposer, si le calme est revenu, un bisou ou un « pardon »

Pour ce qui est des récompenses, je pense que la plus belle récompense pour un enfant est la fierté qu’il peut avoir lorsqu’il réussi par lui même quelque chose. Je préfère tellement que mes pitipouss puissent être fières d’elles même sans le besoin de le voir dans le regard des autres!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *