Parentalité positive : la formulation positive

La parentalité positive regroupe de nombreux concepts pour éduquer notre enfant autrement. J’ai presque du mal avec le mot « éduquer » qui sous-entend un peu trop je trouve que l’enfant a besoin de nous pour apprendre, je dirais plutôt « accompagner ». Nous sommes plus là, à mon sens, pour lui montrer le chemin et le laisser découvrir que pour lui apprendre.

Un des concepts de l’éducation positive est la formulation positive.


En quoi ça consiste?

En fait sur le principe c’est tout simple, il suffit d’éviter les négations dans nos phrases. Ex : « Dans la maison, on parle » à la place de « Ne crie passssssss », ou encore « On reste assis sur sa chaise » au lieu de « Ne te mets pas debout sur ta chaise ». Vous voyez le principe?

Pourquoi faire cela?

Et bien c’est tout simple. Si je vous dis « Ne pense pas à un éléphant rose », vous avez pensé à quoi??? Et oui en premier on pense à un éléphant rose, ensuite 2 solutions, soit notre esprit arrive à changer la couleur, soit il reste bloquer sur l’éléphant rose!!!

Voyez la gymnastique cérébral qu’on fait faire à nos enfants!!!

Quand on lui demande de ne pas courir, ce qu’il entend en premier c’est « courir » et non « marcher »

Pour l’esprit, surtout d’un enfant, et encore plus d’un tout petit, il est beaucoup plus simple de comprendre une phrase courte et positive!

Des exemples

Je ne dis pas que ça marche à tous les coups mais j’ai vu parfois des réactions immédiates chez des enfants. Je pense à un pitipouss qui courait, sa maman lui dit « On marche dans la maison » et à la même seconde, pourtant en plein élan, il se met à marcher!

Avec ma minipouss, je me rappelle plusieurs fois où c’est moi qui l’ai finalement poussée à faire quelque chose que je ne voulais pas qu’elle fasse.

Elle se promenait avec un verre rempli de crayons, et je lui ai dit alors : « Attention, ne renverse pas les crayons » et dans la seconde d’après, elle les renversait. Sur le moment j’ai pensé qu’elle l’avait fait exprès pour m’embêter et ça m’a mis hors de moi, j’ai commencé à monter la voix et j’ai vu dans ses yeux qu’elle ne comprenait pas du tout ce qu’il se passait. (Soit dit en passant moi non plus….) Des situations semblables ont eu lieu plusieurs fois avant que je ne lise quelque chose à ce sujet et que je comprenne enfin ma méprise!

Aujourd’hui, dans un cas similaire, au mieux je ne lui dis rien et je lui fais confiance (et si jamais elle renverse ses crayons, rien de bien grave elle les ramasse ensuite), au pire je vais lui dire « Tiens bien ton verre droit » et c’est vraiment beaucoup plus efficace!!!

Par où commencer?

Ça parait assez simple comme ça mais en fait c’est vraiment VRAIMENT difficile en tant que parent de prendre ce réflexe de formulation positive tant nous ne sommes pas habitués à l’utiliser. C’est à nous de faire cette gymnastique pour faire changer cette habitude à notre cerveau. Le plus simple au départ est d’essayer de le faire sur temps court et pendant lequel nous sommes calmes et sans stress. Par exemple se dire : Pendant le repas à midi, je vais faire attention à ma formulation.

Une fois que vous êtes habitués, l’étendre à un moment plus long, le plus dur je pense étant de le faire quand notre patience a atteint ses limites depuis longtemps!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *