Les rendez-vous de l’enfance : Quand la famille s’agrandit

Aujourd’hui les Rendez-vous de l’enfance ont pour thème l’arrivée d’un nouveau bébé dans la maison! C’est un thème qui me parle particulièrement et écrire ces quelques lignes a fait ressurgir en moi des souvenirs plutôt douloureux! Je partage ici avec vous comment s’est passé cette première rencontre entre mes 2 pitipouss

 

Lorsque j’étais enceinte de micropouss, j’ai essayé de parler régulièrement à minipouss (qui avait alors 2 ans) de ce qui se passait dans mon ventre.
Mais jamais elle n’a semblé s’intéresser à ce que je lui racontais. Je ne sais pas si c’était trop abstrait pour elle mais elle n’a jamais posé de questions sur ce ventre qui poussait, sur ce lit qu’on préparait, sur ses petits habits qu’on lavait.

Je lui avais acheté ce livre que je trouvais bien fait sur la question (Il y a une maison dans ma maman de Giles Andreae). Je lui ai lu de temps en temps mais elle ne le demandait jamais.
Ça m’inquiétait un peu et je me demandais si elle était juste trop petite pour bien comprendre ou si elle n’avait pas envie d’entendre ce que je lui disais.

Et puis le jour J est arrivé (ou plutôt la nuit N ^^), je précise que c’était la nuit car je pense que le jour, les choses se seraient passées différemment.
Mes parents, (qui habitent principalement dans le Sud mais qui ont également gardé leur maison à 1h de chez moi) était remonté en Lorraine depuis quelques jours déjà pour pouvoir être disponible pour s’occuper de minipouss le jour là.
Ils devaient venir à la maison pour ne pas trop la perturber (voir la laisser dormir si cela se passait la nuit)
Tout était prévu et j’étais plutôt Zen jusqu’à ce qu’ils se voient offrir des billets pour le match d’une finale de Rugby à Paris pour le WE suivant. Mon papa étant un grand GRAND fan (et ma maman l’étant devenue ^^), même si cela m’angoissait un peu (et que je maudissait celui qui leur avait offert!!!) je me suis dit que je n’aurais vraiment pas de bol d’accoucher ce jour là et puis j’avais toujours la possibilité de demander à mes beaux-parents (qui habitent à 1 heure de route également).
Je devais juste ne pas accoucher ce samedi là!

Et c’est bien sûr ce samedi là que ma micro s’est dit qu’il était grand temps de pointer le bout de son nez!

Et à 23h30 c’est mieux qu’en pleine journée.

Et en rompant la poche des eaux, c’est plus rigolo comme ça on a pas trop le temps de se préparer!

J’avais donc une heure pour arriver à la maternité.
Il fallait dont prévenir mes beaux-parents et comme ils avaient une heure de route + le temps de se préparer (la nuit donc, faut se rhabiller, si possible éviter le brushing, le casse-croute….^^) + le temps d’aller à la maternité (1/2 heure pour nous) je ne me voyais pas de les attendre à la maison. On a donc décidé de « réveiller » minipouss, partir à la mat’ avec elle et les rejoindre là-bas.

Déjà là je sentais que tout ne se passerait pas comme je l’avais souhaité.
Car j’avais beaucoup pensé à cette première rencontre entre minipous et micropouss, j’avais envie que ce moment soit doux, calme, particulier…
Je savais bien que ce serait une épreuve, le jour où toutes ces choses dont on lui avait parlé deviendrait réel, concret, tétant et hurlant !
Alors j’avais pensé qu’on aurait pu être tous les 4 pour ce moment là. Juste nous! Pour lui présenter sa petite sœur qui allait partager notre nouvelle vie à 4!

Je suis donc rentrer aux urgences de la maternité seule pendant que papapouss restait avec mini dans la voiture en attendant ses parents. Mes beaux-parents ont alors préféré rentrer avec minipouss chez eux plutôt que de rentrer chez nous.
Les contractions sont arrivées très vite, et j’étais seule pour les gérer pendant quelques minutes interminables. Ça n’était pas horriblement douloureux mais j’avais envie que papapouss soit avec moi pour vivre ce moment là. J’avais BESOIN que papapouss soit avec moi!
Il est arrivé, enfin! Et 2 heures à peine plus tard ma merveille était là!

Mes parents sont venus directement de Paris nous voir l’après-midi qui a suivi, mes beaux-parents sont arrivés peu de temps après. Nous étions donc 8 dans ma toute petite chambre lorsque mini et micro ont fait connaissance! Dans le bruit et les rires, les cadeaux et les blagues…
Qui ne font pas rire du tout minipouss… Dans son habit de coccinelle que mamie lui a acheté pour qu’elle ne soit pas oubliée, ma petite chérie a le sourire triste. Aujourd’hui encore écrire ces lignes me brise le cœur tant j’aurais voulu que ça se passe autrement.
Et Papi qui lui dit pour la taquiner qu’il va partir avec micropouss plutôt et la laisser là, non ça ne la fait pas rire du tout. Et moi non plus…
J’aurais dû faire sortir tout le monde pour qu’on reste tous les 4, j’aurais dû imposer mes choix sans me sentir coupable de quoi que ce soit, mais je ne l’ai pas fait. Écrasée par cette pression de ne pas vouloir blesser ou vexer les grands, j’ai blessé ma fille…

Est-ce que cela a influencé les semaines qui ont suivi? Je ne sais pas, mais en tout cas je suis certaine que ça n’a pas aidé.
Car minipouss a réagit violemment à la naissance de sa sœur. Notre petite puce adorable et calme s’est transformée en un volcan prêt à exploser à chaque instant.
Cela a été aussi inattendu que brutal pour nous (aussi brutal certainement que l’arrivée de ce bébé à la maison pour elle)
Elle n’avait aucune animosité envers sa sœur mais tout était devenu compliqué avec nous. Elle était en perpétuel conflit. Avait des besoins qui nous semblaient incompréhensibles (Par exemple, elle se mettait à hurler si on ne l’attendait pas pour descendre les escaliers!)
Cela a été vraiment dur pour nous car d’une part nous ne savions pas comment réagir, d’autre part nous comprenions que notre minipouss souffrait et que c’était sa façon de nous l’exprimer.
Nous avons choisi de l’accompagner, de la rassurer, de répondre à ses besoins (en l’attendant effectivement pour descendre les escaliers pour reprendre cet exemple) et tout doucement cela s’est apaisé. Je crois qu’elle avait besoin de repères et de savoir que nous étions toujours là pour elle.

Alors aujourd’hui, même s’il y a parfois de la jalousie entre elles (« Tu t’occupes plus d’elle que de moi!!! », « C’est mon tour d’être à côté de toi!!!!! ») ou des chamailleries (« Non moi je veux le bol rose!!! », « Mais je l’avais vu en premier!!!!! ») j’adore regarder leur complicité s’étoffer un peu plus chaque jour.

Cette semaine elles sont séparées car l’une d’entre elles est chez ses grand-parents pour les vacances.
Elles veulent se parler au téléphone, se font des dessins, pensent l’une à l’autre et attendent impatiemment le moment de se retrouver!
Et mon cœur de maman frise l’explosion de bonheur quand ma micropouss de bientôt 3 ans me dit : « Maman, Merci de m’avoir fait une grande sœur! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *