Le jour où tout a basculé…

J’ai toujours été sensibilisée à l’écologie par mon papa, amoureux de la nature et de la photo. Mais j’étais très loin d’imaginer les effets de l’homme sur notre planète, et sur lui même avant de m’interroger réellement sur toutes ces questions pendant ma première grossesse.
J’ai commencé à me renseigner sur les couches lavables et c’est comme ça que j’ai découvert le « Maternage ». Je me suis faite offrir pour Noël un abonnement au très bon magazine « Grandir Autrement » que j’attendais chaque fois avec grande impatience! Chaque nouveau numéro m’en apprenait d’avantage et me rapprochait, sans m’en rendre compte, vers ce point de non retour.

 

J’y ai découvert les pédagogies alternatives, notamment la pédagogie Montessori, et c’est ainsi qu’après avoir testé avec ma fille un atelier dans une association proche de chez moi et essayé cette pédagogie à la maison, nous avons décidé de l’inscrire dans une école Montessori.
Outre la pédagogie, j’y ai découvert à travers mes différentes rencontres, une façon nouvelle de voir la vie et le monde…
Quelqu’un m’a parlé un jour d’un livre à lire absolument : « Le concept du Continuum » que j’ai acheté et entamé rapidement.
Ce livre parle d’un peuple indien, les Yékénas, vivant heureux et paisibles dans la forêt amazonienne.

Je ne l’ai pas dévoré, non, au contraire, je l’ai lu petit bout par petit bout tant ce qu’il contenait me bouleversait, tant j’avais besoin de temps entre chaque lecture pour intégrer ce que j’avais lu.
Et puis un soir, j’ai senti qu’il se passait quelque chose en moi d’irréversible, et cela m’a stoppé dans ma lecture. Je n’osais pas lire la suite… Je savais que si je continuais, plus rien ne serait comme avant.
Et j’ai continué…
Je pense que toutes ces étapes étaient nécessaires, que la lecture unique de ce livre n’aurait pas suffit, mais il est arrivé au moment où j’étais prête à entendre le message qu’il contenait.
Et même si tout n’est pas transposable à notre mode vie civilisée, je pense qu’il y a vraiment des idées intéressantes à intégrer.
Il m’a redonné confiance en l’homme et plus particulièrement en l’enfant! Ma vision de l’éducation a été totalement ébranlée.
J’ai compris qu’un nouveau-né, un bébé puis un enfant, avait certes un besoin vital de ses parents mais surtout qu’il avait toutes les ressources nécessaires en lui pour bien grandir.
Un parent, en répondant à ses besoins (nourriture, sommeil… mais surtout AMOUR!) était surtout là pour accompagner son enfant dans cette découverte plutôt que de lui apprendre. (Apprendre à dormir, apprendre à marcher …)

Ce jour là, c’est un peu comme si je m’étais rendue compte, pour la première fois, que j’avais des œillères, insidieusement fabriquées par la télévision, l’école et certainement en partie par l’éducation que j’ai reçue (même si je n’en veux aucunement à mes parents que j’adore, je sais qu’ils ont toujours fait ce qu’ils pensaient être le mieux pour moi et j’ai reçu énormément d’amour!!)
Ces œillères, qui à travers mes lectures et rencontres étaient de plus en plus mises à mal, ce jour là ont volées en éclat!

Non je ne reviendrai pas en arrière, je continue mon cheminement, j’en apprends chaque jour un peu plus mais il me faut du temps…
Et si par l’un de mes billets je sème une petite graine, j’accompagne le temps d’une lecture une maman ou un papa dans son cheminement alors je sais qu’il n’aura pas été vain!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *